Auteurs Livres Actualités Presse Diffusion Contact Commander Liens
logo.gif

Vous êtes ici :
livres David R Belair Au delà la nuit


L'argument

Suite et fin de l’Eternité retrouvée et Vanités infernales, Au delà la nuit sonne le glas d’une décennie de réécritures poétiques instinctives, écorchées, exaltées.
David R Belair clôture cette seconde trilogie par une écriture soulagée. Entre prose et vers libres l’écrivain retrouve la liberté de composer après la dictature du désespoir narrée dans le second tome.
Le poète ne décrit plus l’urgence de vivre. Il retourne comme à ses plus beaux souvenirs, de manière presque apaisée. La lucidité l’a emporté sur les espoirs vains.
Quand bien même cela ne serait qu’une illusion, l’auteur en rendant hommage à ces plus nobles paysages, à ces plus ardentes exaltations, à ces aspirations salutaires, semble avoir trouver de nouvelles correspondances. Le dernier poème est une invitation, même si elle semble se faire en aparté du monde, son programme d’ascétisme et d’enrichissement spirituel laisse présager de belles perspectives.
Les promesses ont été tenues, le poète a bravé les épreuves et ses visions et valeurs lui ont permis de trouver une nouvelle voie plus lumineuse.
La transformation a eu lieu sous nos yeux et pourtant nous n’avons rien vu, à moins qu’immédiatement nous retournions aux origines, au premier tome pour refaire le chemin et mieux comprendre.
Comme la généreuse invitation à se donner à soi même un sens à la vie, dessiner une voie, avancer, tenir bon, se transformer, maintenir le cap, se dépasser, s’élever et être heureux un jour, au gré du pire et du meilleur, de sa vie.

L'extrait

La dernière fois

La dernière fois que l’on s’éloigne d’un être aimé. Cette dernière fois. Toutes ces dernières fois. Toutes ces dernières fois comme autant de paysages éclipsés furtivement derrière la vitre d’un train. La dernière fois que notre cœur bat avec ivresse, avec gaieté, avec nonchalance. La dernière fois que notre peau ressent une présence dévouée. La dernière fois que les yeux vides regardent le téléphone puis l’horloge. La dernière fois que le front de l’homme seul salue la foule. La dernière fois que le front de l’homme seul embrasse l’océan. Calmement, avec certitude et résignation, il faut bien lutter contre les paroles que nous commettons, contre les actes que nous confessons et qui ne nous appartiennent pas et qui occupent illégitimement notre cœur. Il faut parfois beaucoup de temps pour puiser au fond de soi, tout au fond de ses expériences et de sa volonté nouvelle pour se confronter à ses pulsions capricieuses, spontanées et ravageuses qui font le chemin vers lequel nous nous dirigeons et que nous voulons éviter. Peut-on appeler raison ce qui déborde du cœur ? Non ! N’est ce pas, à l’inverse, ce qui déborde de la raison que l’on pourrait appeler foi ou folie ? Ce qui déborde du cœur s’appelle foi ou désespoir. C’est avec la foi ou l’énergie du désespoir que l’on peut, seul, enfin refuser la fatalité de nos actions. Ce qui est dur, c’est de chaque jour, chaque nuit, poursuive le chemin de sa volonté nouvelle et ce malgré la tentation de retourner à l’autre. Voir l’autre, ne pas le voir, ne pas l’appeler, ne pas répondre, penser à lui, essayer de ne pas penser à lui...ce qui est encore penser à lui... Se souvenir, ne plus se souvenir. Le drame lorsqu’on rencontre l’amour, ce sera toujours de le perdre un jour.

Données techniques

David R Belair
Au delà la nuit
Poésie
Collection Ouvre-Boîtes
136 pages
Parution en Octobre 2015
20 euros
ISBN : 978-2-919483-36-5
ISNN : 2112-8820


Version papier : 20,00 EUR



Version numérique : 2,50 EUR
- Fichier ePub pour votre liseuse ou tablette.
- Fichier MOBI pour votre mobile ou e-Readers.
- Fichier PDF pour votre PC ou MAC.


l"échappée belle édition         Ecrivez-nous         mentions légales